La Genèse de MIDA

Aller en bas

La Genèse de MIDA

Message par Byron Michaelis le Jeu 27 Juil - 22:16

Genèse de MIDA



Au commencement, entre les étoiles des différentes galaxies de l’univers, il y avait un espace vide, immensément sombre. Seul le silence régnait en maître, aucune vie ne pouvait y être prospère.
Malgré tout, au fil d’un temps infini, une petite lueur se dessinait au milieu des ténèbres. Elle grandissait, tournoyant toujours plus vite, pour devenir une gigantesque boule luminescente.
Elle tournait sans s’arrêter pendant des millénaires, un temps inimaginable par un être humain.
Cependant, sa course s’arrêta brusquement lorsqu’un météore, attiré par le champ gravitationnel, la percuta.
La sphère de lumière se brisa en plusieurs parties :
La première, la plus importante, s’éloigna des autres, projetée par l’impact.
Ce fut la seule qui préserva sa température et sa lumière, elle illuminait les autres morceaux de sa chaleur et de sa présence.
Les parties suivantes, individuellement plus petite, fusionnèrent avec le météore son centre.
Depuis ce jour, les deux parties distinctes dansaient ensemble, reprenant une forme ronde avec le temps.

Quatre parties, légèrement plus grosse, se détachèrent.  Chacune possédant une partie du pouvoir exceptionnel de la sphère, appelé plus tard La Créatrice. De ces éclats naquirent les premiers dieux.

Monos l’unique, Inkpoumaât le sage, Didrik le puissant, Aoi l’âme descendirent sur cette toute nouvelle planète, pleine de potentielle car vierge de toute création. Elle n’attendait qu’à évoluer, qu’à offrir au monde ce qui était le plus beau : la vie.
Les quatre divinités baptisèrent la planète Mida, reprenant respectivement leurs initiales.
Du souffle de Monos, l’oxygène, la brise du vent, les tornades, et la foudre.
Inkpoumaât, avec sagesse, déversa sur la terre son océan de larmes, invoqua la pluie et la vie marine.
Par sa force, Didrik forgea les montagnes, les minéraux, et le feu.
Aoi déploya son âme pour créer les autres animaux, les sentiments et la pensée.
La vie se développait en harmonie, et les dieux, las de ne pouvoir sentir la terre par le biais d’un corps, prirent une forme humaine pour profiter de leurs créations.
De par leur longue conversation, ils commencèrent à s'apprécier, partageant des rêves, puis des projets, des sentiments. Fiers de leurs exploits, ils passèrent plusieurs siècles à rire, chanter, boire, inventant, innovant, créant presque tout ce que nous connaissons aujourd'hui.

Cependant, l’harmonie commença à se fissurer quand les divinités se mirent à se diviser.
Monos souhaitait un monde de plaisir, sans contrainte, où la luxure régnerait en maître consommant sans limite alcool, drogue, plaisirs de la chair, nourriture en abondance.
Il se créa une première femme en déchirant son cœur, Panagiota, celle qui porte la vie.
Cette dernière lui donna deux enfants : Telesphoros, qui écrase par sa force de guerre, et Klytie, qui règne par sa sagesse et sa stratégie.

Inkpoumaât désirait un monde aux connaissances développées. Il inventa donc la science, la culture, les mathématiques. Il souhaitait voir la vie progresser par elle-même, sans recours aux pouvoirs divins.
Des entrailles d’un sphinx qu’il cherchait à soigner naquit Néréret, l’être sublime dont il tomba amoureux.
L’amour les poussa à donner naissance à deux enfants : Oubastet, générateur de désordre et Tum, qui conduit la vie vers la victoire.

Didrik aimait la guerre, il ne pouvait supporter l’amour et la compassion.
Seule l’ivresse et la violence occupaient ses journées. Il était le créateur de la douleur, de la colère, de la guerre et de la haîne.
La destruction de la vie l’attirait, il pouvait s’amuser à tuer les créatures dont il était lui-même le concepteur.
Ayant goûté à la sexualité aux côtés de Monos, il se créa deux femmes pour partager son existence.
Åsveig, celle qui est connectée à la terre de Mida, et Freia, représentant la part d’amour que Didrik a abandonné.

Aoi, quant à elle désirait un monde de sagesse, de sérénité et de paix.
Elle était à l’origine de la bonté, de l’art, et de l’imagination. Elle passait son temps à jouer des instruments qu’elle inventait au fur à mesure, de formes diverses au son enivrant.
Les drogues, que Monos lui offre par séduction, lui procuraient une inspiration sans fin.
Elle joua si fort qu'elle fit sortir des notes de sa harpe un homme, Izan, dont elle tomba éperdument amoureuse.
De leur liaison, naquirent Kami, l’enfant des tempêtes, et Kojiki, la fille du soleil.

Les siècles passaient, les familles divines s'agrandissaient, tout comme les querelles. Chacun voulant imposer sa vision du monde.
Jusqu'au jour où, lassés de devoir se supporter, les quatre dieux se séparèrent.
Didrik partit au nord, attiré par les contrées enneigés, les montagnes et le silence du froid meurtrier.
Inkpoumaât se rendit au sud, où il chercha à dominer par la technologie la chaleur sèche des déserts.
Monos déserta à l'Ouest, où les étendues de terre offraient une diversité de climat et de paysage.
Aoi n’eut pas le choix, et se rendit à l’Est, où les îles humides promettaient une variété des ressources alimentaires.
Cependant, le désaccord ne prit jamais fin. Les familles, divisées, se trahissaient et commirent meurtres et atrocités.

Au bout d'un temps, les quatre dieux étaient fatigués de leurs disputes incessantes, et ils sentirent le besoin d’innover, de voir bien plus grand que la vie animale.
Désireux d’être idolâtrés, ils mirent sur terre une nouvelle espèce à leur image, les hommes.
Ils leurs insufflèrent des qualités telles que l'intelligence, la bonté, le courage, la loyauté.
Cependant, Didrik ne voyait pas d'un bon oeil d'avoir des laquets pacifistes, sa soif de violence toujours plus insatiable, il leur transmit leurs péchés les plus sombres, comme la haine, la luxure, la maladie, la trahison, l'égoïsme. Cela déplu fortement à ses anciens compagnons, mais voulant éviter d'autre conflit direct, ils le laissèrent agir.
Les divinités étaient assez fières de leur ultime création finalement.
Chaque peuple vivant à leurs services, leurs dédièrent un culte.
En contrepartie, un dieu pouvait renforcer la force d’un mortel, lui donnant une partie de leur pouvoir divin. Mais ce cadeau était rare, les mortels savaient qu’ils devaient tout faire pour le mériter.

Trop puissants pour vivre avec les mortels, les dieux ne pouvaient pas marcher à leur côté, les humains étant trop aveuglés par leur suprématie.
Il leur fallait donc quelque chose pour transmettre leurs désirs auprès de leurs ouailles.
Cependant, étant trop faibles séparément pour créer une espèce assez puissante pour leur résister, le quatuor divin se réunit au centre du monde, vierge de toute violence, le seul havre de paix de la terre de Mida.

Après plusieurs nuits de concertation, Didrik proposa de créer une variante de l'homme, plus forte, plus résistante, mais plus dangereuse pour eux. Il proposa d'en faire un peuple d'esclave à leur service, dont le rôle serait de donner les ordres divins aux hommes.
Aveuglés par la fierté et l’égo, tous acceptèrent.
La femme la plus vaillante des quatre peuples fut choisie pour recevoir une partie du pouvoir des dieux, ainsi naquit la première immortelle, Anastasia.

Elle fut utilisée par les divinités comme porteuse de cette nouvelle race d'humain passant ses journées à en mettre au monde.
Chaque enfant était sélectionné par un dieu, puis réparti entre les quatre nations, voué à le servir toute sa vie.

Les Immortels était donc très mal vus par les humains. Une espèce supérieure à eux, au contact du dieu qu'ils chérissent, ce qui finissait régulièrement en humiliation, agression, viol, lapidation.
Plusieurs générations d'esclave passèrent.
Quand ils commençaient à réveiller leur pouvoir scellé, les dieux les tuaient, afin d'éviter toute révolte.
Cependant, Anastasia mit au monde un enfant qui changea à jamais la condition des Immortels : Anselm.
Ce dernier, plus courageux et plus fort que ces prédécesseurs grandit sur le royaume de Monos, dans le même environnement que les autres, mais à la seule différence qu’il ne se laissait pas faire, ce qui lui valait souvent le courroux de ses maîtres.
En secret, il lança un mouvement de rébellion, aidé d'Immortels et de quelques hommes désireux également de se libérer des dieux. Une terrible bataille eut lieu sur les terres de l'ouest entre les hommes asservis aux dieux et les Immortels menés par Anselm.
La bataille fut tellement violente qu'elle retentit dans les quatre coins du monde, inspirant les autres esclaves à se rebeller.

Voyant le nombre de mort s'agrandir chez leurs partisans, le quatuor prit la décision de relâcher les Immortels, à condition de ne jamais user de leur pouvoir à leur encontre.
Anselm ravala sa fierté et accepta l'accord, pour le bien de son peuple.
Chacun put avoir sa propre maison, sa propre femme, des droits, du travail, et étaient aussi libres que les hommes, bien que la tension avec ces derniers fut de plus en plus palpable.

N'étant plus abattu au réveil de leur pouvoir, les Immortels purent découvrir l'étendue de leur puissance. Anselm créa son écoles afin d'aider les plus jeunes à maîtriser ce pouvoir, car il se pourrait bien qu'un jour, ils en aient besoin...
avatar
Byron Michaelis

Messages : 2
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum